Je chanterai à mon ami

Is 05, 1-4

Je chanterai à mon ami

Texte

1 > Je chanterai à mon ami < > son chant d’amour pour sa vigne. <
> Mon ami avait une vigne < > sur un coteau fertile. <
2 > Il laboura, < > enleva les pierres< > et planta du muscat. <
> Au milieu, <
 > il bâtit une tour, < et > creusa une cuve. <
 > Il attendait de beaux raisins, < > elle en a donné du mauvais. <
 3
> Et maintenant, <
 > habitants de Jérusalem, hommes de Juda, <
> soyez juges <> entre moi et ma vigne. <
 4
> Etait-il possible < > de faire pour ma vigne < > plus que je n’ai fait ? <
 > Pourquoi : <
> J’en attendais de beaux raisins, < > elle en a donné du mauvais ? <

Premières notes

Gestes

Je chanterai à mon ami  : PAROLE : Les mains, paumes vers soi, remontent le long de la gorge et s’ouvrent pour accompagner la parole.

son chant d’amour pour sa vigne. : ALLIANCE : Les mains se rejoignent au niveau du cœur et se tiennent avec tendresse. Puis elles s’ouvrent vers l’avant.

Mon ami avait une vigne : ALLIANCE : Les mains se rejoignent au niveau du cœur et se tiennent avec tendresse.

sur un coteau fertile : Une main décrit une courbe au lointain.

Il laboura, : Les mains jointes fendent l’espace devant soi et s’écartent.

enleva les pierres : Faire le geste d’enlever, à droite puis à gauche.

et planta du muscat. : Les avants-bras se dressent vigoureusement, mains largement ouvertes en coupelles vers le ciel.

Au milieu : Les mains désignent le sol devant soi.

il bâtit une tour : BATIR : Chaque main se place alternativement au dessus de l’autre, en laissant un espace

et creusa une cuve. : Les mains décrivent une forme arrondie vers le sol

Il attendait de beaux raisins / j’en attendais… : ESPERER : Les mains, poings fermées, partent du ventre, remontent et s’ouvrent vers le haut, comme en portant des fruits.

elle en a donné du mauvais. : Les mains redescendent et font le geste de rejeter sur la gauche.

Et maintenant : VOICI : Les bras et mains s’ouvrent devant soi au niveau de la taille, avec vigueur.

habitants de Jérusalem, hommes de Juda : Les mains décrivent alternativement l’espace sur la droite, puis sur la gauche.

soyez juges : SOUPESER : les mains montent et descendent devant soi comme les plateaux d’une balance.

entre moi et ma vigne. : Se désigner puis désigner quelqu’un devant soi.

Etait-il possible : POURQUOI : Les mains sont à hauteur du visage dans une attitude d’interrogation.

de faire pour ma vigne : FAIRE : Les mains se ferment à hauteur du bassin et s’ouvrent énergiquement vers l’avant.

plus que je n’ai fait : PLUS : Le poing droit vient peser dans la paume de la main gauche.

Pourquoi : POURQUOI : Les mains sont à hauteur du visage dans une attitude d’interrogation.

Commentaires

Contexte

L’image de la vigne se situe dans une série d’oracles et permet de reprocher à Juda et à Jérusalem leur stérilité.
Cet extrait d’Isaïe 5,1-4 est à lire dans l’ensemble de la péricope, du verset 1 à 7. Celle-ci permet de comprendre comment Dieu aime son peuple, de la même manière que « l’ami » prend soin de sa vigne.

Structure

Ces versets sont construits sur fond de parabole, dans un contexte de procès (les faits, appel à témoins, interrogation).
On distingue deux parties :
v 1 et 2 : l’ami, sa vigne, son espérance.
v 3 et 4 : Dieu (qui n’est pas nommé), son peuple, son questionnement.

Dynamisme

Le geste de ALLIANCE dit la manière dont Dieu veut être uni à l’homme, comme dans un chant d’amour du bien aimé pour sa bien aimée : ici, la vigne.
Les gestes de travaux agricoles posés par l’ami, nous permettent de réaliser le travail de patience et d’application de Dieu envers son peuple. En vivant le geste de désir et d’espérance, nous entrons dans cette attente de Dieu de voir son peuple porter de bons fruits.
Interpellés au verset 3, nous sommes pris à témoins pour être juges ; puis  dans le refrain, repris comme une insistance, nous exprimons l’interrogation de Dieu : pourquoi aucun fruit après tant de soins ?

Quelques suggestions d’utilisation

Ce texte fait partie des lectures du 27° dimanche du temps ordinaire de l’année A. Il fait écho à la lecture de la Vigne dans Jean 15.
Il peut introduire à un temps de célébration pénitentielle et résonner avec les thèmes de Amour – Alliance - Conversion.

Etude par verset

  • v 1 : le « chant » renvoie à un style biblique qui exprime l’Amour du bien-aimé (Cantique des cantiques), l’accueil de la fiancée shabbat par le peuple d’Israël. Dans la parabole des vignerons homicides (Mt 21, 33-40) Jésus reprendra les mêmes actions des vignerons pour la vigne.
  • v 2 : « muscat », littéralement « sorec », un raisin de qualité supérieure.
  • v 3 : thème de l’appel à témoin courant chez les prophètes.
  • v 4 : Dieu est contraint de se justifier : « était-il possible de faire …. ».
    En maintenant l’ordre des mots : « Pourquoi ? J’espérais … » André Chouraqui (La Bible de Chouraqui, DDB, 1998) a su garder le parallélisme et le rythme des formules tout en conservant le passage du « il » (ami) au « je » (Dieu).